Juin
27
20

Appel pour le Blaireau et la sauvegarde des Cervidés sur le massif de Fontainebleau


Share

Message de Virginie BOYAVAL, Experte sur les Blaireaux, Directrice d’un Centre de soins.

Bonjour à tous,
Voici une réponse que je viens d’envoyer à une certaine Marie-Chantal Simonnet, présidente des lieutenants de louveterie et de l’association creusoise des équipages de vènerie sous terre, habitant à Chambon sur Voueize (23), suite à des propos dans un article du journal La Montagne.

Madame,
En tant qu’éthologue et spécialiste du comportement du blaireau depuis plus de 15 ans, je suis scandalisée de lire vos propos, je cite:
« La vénerie sous terre est une chasse passionnante qui attire beaucoup de femmes et d’enfants. c’est marrant parce que les gamins aiment bien se coucher à terre pour écouter le chien! …partie de chasse familiale et ludique. ça ne les stresse pas outre mesure, vous savez des fois on trouve des blaireaux endormis, que ça n’a même pas dérangé, qui s’en foutent. Ils sont comme nous, ils ont besoin de stress parfois pour se défendre et vivre. Et puis les animaux n’ont pas le même ressenti que nous, ils ne vont pas subir le stress comme nous. Au 15 mai, ce ne sont plus des bébés, quand on attrape des jeunes, ils circulent déjà tout seuls, ils sont presque aussi gros que leur mère. Et c’est normal, pour réguler, il faut prendre des mâles, des femelles et des jeunes, un tiers de chaque.« 
Comment pouvez-vous dire qu’ils ne ressentent pas la même chose que nous, cela vous arrange de faire l’autruche et d’ignorer le ressenti des animaux. Comment pouvez-vous être certaine qu’ils n’ont pas le même stress que nous. N’oublions pas que l’humain est un animal. Vous avez une mentalité rétrograde pour croire encore que les animaux n’éprouvent pas de sentiments.
Je peux vous assurer que les blaireaux, entre-autres, que je connais très bien, ont des émotions et du stress tout comme nous.


De plus, au 15 mai, oui ce sont encore des bébés (tels vos propres termes), ou plutôt des enfants (si l’on veut humaniser !), ils sont encore dépendants de leur mère et sont incapables de survivre seuls. J’ai des données sérieuses et scientifiques et ce n’est pas parce qu’ils vadrouillent seuls en dehors de leur terrier, qu’ils sont capables de trouver leur nourriture seuls. Ils continuent d’allaiter leur mère pendant au moins 3 mois. En sachant que les naissances s’étalent de janvier à fin mai. J’ai déjà récupéré début juillet, un blaireautin où l’ensemble de sa dentition n’était pas présente. Sa famille avait été tuée par des chiens et ce jeune blaireautin se laissait mourir.
Comment pouvez-vous être aussi ignorante sur la biologie et le comportement de ces animaux, alors que vous les tuez !
De plus, je reviens sur une de vos remarques, « ils ont besoin de stress pour se défendre et vivre ». Déjà, il faudrait leur laisser la possibilité de vivre. Donc, selon vos propos, vous aussi, vous avez besoin de stress pour vivre?!

Ces animaux ont des prédateurs, comme les sangliers, les hiboux Grands-Ducs, les loups…Ils sont victimes des maladies et des activités humaines (destruction de leur habitat, routes…) Je pense qu’ils n’ont pas besoin de vénerie sous terre pour apprendre le stress. Rien que de rencontrer des humains, ils sont stressés.

Et pour finir, vous dites que c’est marrant de voir les gamins coucher à terre pour écouter le chien… Pour ma part, je trouve ça moins marrant que des enfants assistent à ce genre de barbarie. C’est leur inculquer un esprit pervers et narcissique, sans aucun respect de la nature et du monde du vivant.

Je préfère voir les enfants en affût pour observer les blaireaux vivre leur vie libre et sauvage, ou couchés à écouter les merveilles de la nature plutôt que les atrocités et la souffrance animale.
Je ne comprends pas qu’une femme comme vous, en tant qu’infirmière s’occupant de personnes âgées tienne des propos monstrueux et cautionne la cruauté animale, n’est-ce pas contradictoire avec votre métier?
Virginie Boyaval
Association MELES www.meles.fr
Et pour finir, voici une photo coup de coeur de mon photographe, Sébastien Brunel, qui veut mettre en avant la relation enfant-animal. Un message transmettant une relation d’espoir pour le respect du vivant.

Des nouvelles d’une « protégée » du Centre de Soins de Virginie BOYAVAL

Bonjour à tous,

Vous vous souvenez de la dernière petite renarde récupérée qui a été percutée par une voiture. Elle avait eu un choc cérébral. Aujourd’hui, elle va beaucoup mieux malgré parfois quelques désorientations, elle est très vive et mange très bien. Elle a rejoint l’enclos de réhabilitation où se trouvent les autres renardeaux. Un sauvetage réussi !

Très belle journée à vous

Virginie BOYAVAL
www.meles.fr

°°°°°°°°°°°°

Une pétition CAV (Collectif Anti Vènerie) qui concerne le Massif de Fontainebleau (Seine et Marne), une diminution inquiétante du nombre de cervidés sur le massif

Pétition CAV http://chng.it/HXYTRY8NHS