Nos communiqués

  • janvier
    09
    21

    Les sadiques du jour en action


    https://reporterre.net/Des-chasseurs-massacrent-sadiquement-des-sangliers-a-l-arme-blanche?fbclid=IwAR3VAimorVIWSlX7dEFMGCIGN5NsB31XwKdytzq4ZZDTBQvwM47yOxwTD0I

    Des chasseurs massacrent sadiquement des sangliers à l’arme blanche Pierre Rigaux

     

    Sous couvert d’achever les sangliers blessés, des tueries sadiques à l’arme blanche sont organisées par des chasseurs, comme le montre une vidéo presque insoutenable. Ils agissent sous couvert d’une réglementation laxiste, explique l’auteur de cette tribune, qui appelle à étendre la loi punissant la cruauté aux animaux sauvages.

    Pierre Rigaux est naturaliste, spécialiste des mammifères, et membre de la Société française pour l’étude et la protection des mammifères (SFEPM) et de Cap loup.

    Pierre Rigaux.Des sangliers traversés par des épieux, lacérés par des coups de dagues et autres couteaux, déchiquetés vivants par des chiens et agonisant lentement en hurlant : c’est ce qu’on peut voir dans les images que nous avons pu obtenir grâce à un lanceur d’alerte infiltré dans le milieu de la chasse. Ce sont le plus souvent les chasseurs eux-mêmes qui ont filmé leurs exploits et en ont fait profiter leurs amis. Ces images datent de 2018 à 2020 et proviennent de Nouvelle-Aquitaine, d’Occitanie, de Bourgogne-Franche-Comté, des Hauts-de-France, de Corse… La vidéo de douze minutes que nous diffusons (voir ci-dessous) enchaîne, les uns après les autres, vingt-deux actes de sévices et cruauté pratiqués par des chasseurs différents, de tous âges, montrant qu’il ne s’agit pas de cas isolés mais d’une pratique banale dans le milieu de la chasse aux sangliers.

    Les chasseurs qu’on y voit ne se contentent pas de faire souffrir longuement les animaux. Ils s’en amusent. Ils rient, plaisantent, encouragent leurs chiens à infliger des dizaines ou des centaines de morsures aux sangliers en sang. Les épieux, ces lames montées au bout de longs manches métalliques, sont enfoncés de bon cœur. Une vraie corrida. Un sanglier crache du sang, comme un taureau dans l’arène. Ici, un chasseur laisse un couteau planté dans l’animal vivant ; là, un autre fait une blague douteuse sur le sanglier « aussi coriace que [sa] belle-mère », car l’agonie de l’animal sous la dague fut, comme presque toujours, très longue.

    Avant que le chasseur dégaine sa lame, le sanglier n’a déjà plus aucune chance de s’en sortir

    Cette forme de chasse repose sur ce que les chasseurs appellent « le ferme ». Ce terme désigne le moment où l’animal acculé ne peut plus s’enfuir et fait face pour tenter de sauver sa vie. C’est là qu’il y a subtilité réglementaire. L’utilisation des armes blanches n’est pas considérée par la loi comme un acte de chasse — entre parenthèses, elle ne nécessite donc pas de posséder le permis. Il s’agit officiellement d’un moyen d’achever un animal déjà mortellement blessé par un tir ou « aux abois », qui ne peut plus s’enfuir.

    Comme à la chasse à courre ? À la différence près que celle-ci se fait sans fusil avant l’hallali — le nom folklorique du « ferme ». Dans la chasse ordinaire, l’animal peut recevoir des balles tout au long de la partie. Les chasseurs n’étant pas des tireurs d’élite, car la très succincte formation au permis de chasse ne leur apporte pas de compétence en la matière, nombreux sont les animaux seulement blessés. Alors le législateur prévoit qu’on puisse utiliser des armes blanches en dernier recours si les malheureux sont rattrapés, pour qu’ils ne souffrent pas trop longtemps.

    • La chasse à l’épieu (attention, certaines de ces images sont insoutenables)

    Dans les faits, l’utilisation des épieux, dagues et couteaux est recherchée par une partie des chasseurs, amateurs de meutes de chiens spécialisés, de sensations fortes et de corps à corps avec la bête. Un rapprochement sans trop de risque pour l’homme, dans la mesure où la proie est le plus souvent déjà blessée et très affaiblie par une longue poursuite, par un ou plusieurs tirs et par les crocs d’une dizaine de chiens. Avant que le chasseur dégaine sa lame, le sanglier n’a déjà plus aucune chance de s’en sortir. Les pratiquants organisent leurs parties pour aboutir à ce moment considéré de bravoure pour les héros d’un jour, félicités par leurs camarades pour avoir terrassé l’animal.

    Les scènes d’horreur absolue sont l’ordinaire de la chasse en France

    Interrogé par France Inter en réaction à ces images, le président de la Fédération nationale des chasseurs, Willy Schraen, considère que les pratiques en question sont « dans l’éthique normale de la chasse et du respect du vivant ». Il veut dire par là que, dans leur grandeur d’âme, les chasseurs abrègent les souffrances d’animaux blessés. Sans se demander pourquoi ils sont si nombreux. La réponse lui serait déplaisante : parce que les chasseurs sont incompétents et qu’en autorisant un million d’amateurs très mal formés à pratiquer un jeu basé sur la mise à mort dans la nature avec une arme à feu, les dommages collatéraux sont nécessairement gigantesques. Et l’autorisation des armes blanches dans les sous-bois, en toute discrétion, là où aucun agent de l’État n’ira vérifier pourquoi untel sort son épieu, permet la satisfaction de tous les sadismes ailleurs réprimés.

    En reconnaissant la normalité des images que nous diffusons, le président des chasseurs confirme surtout que les scènes d’horreur absolue sont l’ordinaire de la chasse en France — c’est mon seul point d’accord avec lui ; pour le respect du vivant, on repassera… quand respecter ne sera plus confondu avec torturer, quand notre société n’acceptera plus qu’on puisse infliger des sévices à des animaux. Elle ne l’accepte théoriquement pas, s’agissant de certains d’entre eux. L’article 521-1 du Code pénal punit en effet de deux ans de prison et 30.000 € d’amende le fait d’exercer des sévices graves ou des actes de cruauté, mais ceci ne concerne que les « animaux domestiques ou apprivoisés ou tenus en captivité ». Nous proposons que ce délit soit élargi à l’ensemble des animaux dits sentients, qu’ils soient sauvages ou domestiques, libres ou non. Tous ressentent également la souffrance et rien n’impose de leur infliger gratuitement des sévices, en plus de les tuer. 7 janvier 2021

    En savoir plus
  • janvier
    03
    21

    La violence de l’humain sur l’animal reculera-t-elle en 2021 ?


    La violence de l’humain sur l’animal reculera-t-elle en 2021 ?

    Nous contribuons à cet objectif et y mettons toute notre énergie et notre espoir.

    Plus nous parviendrons à convaincre, nos parents, nos amis, nos voisins que c’est possible, et que cela doit être aujourd’hui une nécessité, pour profiter de l’émerveillement d’une cohabitation pacifique, pour une société plus apaisée, pour préserver le cadre de vie des générations futures, plus nous aurons conscience d’être les missionnaires de la justice, de la paix et de la fraternité entre êtres vivants qui partageons la même terre.

    En savoir plus
  • décembre
    13
    20

    Les chasseurs dénoncent leurs complices


    Les chasseurs dénoncent leurs complices

    D’habitude ils laissent faire les margoulins, parce que ça les arrange, avec toujours plus de sangliers à tuer, et la pression sur le public, mais là il y a le spectre de la PPA… qui pourrait entraîner la décision de flinguer tous les sangliers, et ils perdraient la poule aux oeufs d’or…

    Ainsi encore une fois le chasseur aimerait se déguiser en vertueux sauveur… C’est bientôt Noël…

     

     

     

     

     

     

    https://www.chassepassion.net/actualite-de-la-chasse/grand-gros-gibier/la-federation-du-doubs-et-la-gendarmerie-decouvrent-des-lachers-de-sangliers/

    https://www.estrepublicain.fr/environnement/2020/12/08/enquete-autour-d-un-lacher-de-sangliers-polonais-destines-a-etre-chasses

     

    Et une pétition

    https://www.mesopinions.com/petition/animaux/animaux-naissent-vivent-libres-egaux-droits/118954?utm_source=eml&utm_medium=newsletter&utm_campaign=bestof_animaux&utm_term=12122020&source=newsletter_bestof_animaux

    En savoir plus
  • décembre
    13
    20

    Une pensée pour Morgan


    Une pensée pour Morgan,
    fauché par l’insondable absurdité d’une distraction mortifère.
    Nous ne trouverons pas les mots pour condamner l’inadmissible.
    Le tireur n’est pas seul responsable : le législateur, les hommes et femmes politiques qui encouragent ce loisir nuisible et mortel partagent largement la responsabilité de ce drame, qui chaque année se reproduit, suscite beaucoup de réactions, d’émotion, de révolte… puis se perd dans le temps jusqu’à la saison suivante…

    En savoir plus
  • novembre
    22
    20

    Encore un effort DECATHLON


    Encore un effort Decathlon

    C’est bien Decathlon ! mais encore un effort !

    ABOLISSEZ dans vos magasins la HAINE de l’animal !

    SUPPRIMEZ les rayons Chasse et pêche… Car NON la chasse et la pêche ne sont pas des sports, car dans le sport, lorsqu’il y a 2 parties, les 2 parties sont consentantes, et au même niveau de protection et de défense!

    Non DECATLHON, la vie n’est pas un jeu !

     

     

     

     

     

    https://www.lavoixdunord.fr/895832/article/2020-11-20/discours-de-haine-decathlon-boycotte-cnews-et-retire-ses-publicites


    Appel de Pierre Rigaux
     :

    https://www.facebook.com/pierre.rigaux.naturaliste/posts/1232651740430959

    Chacun peut aller dire à l’accueil des magasins Decathlon qu’il n’ y mettra plus les pieds tant qu’il y aura un rayon « chasse ».

    > Pétition citoyenne 👉 https://bit.ly/2MXMMVJ

    > Enjeux, argumentaire 👉 https://bit.ly/2MIyfIL

    > 100 pros du sport s’engagent 👉 https://cutt.ly/nfhb2do

    > 1er courrier au patron de Decathlon en 2018 cosigné par une douzaine d’ONG 👉 https://bit.ly/2pifdj6

    En savoir plus
  • novembre
    20
    20

    Interdisons de tuer chez les autres


    Interdire la chasse chez les autres (en attendant son abolition le plus rapidement possible).

    Nous sommes régulièrement et fréquemment contactés par des personnes qui aimeraient trouver le moyen d’avoir la paix chez eux. C’est à dire ne pas subir l’intrusion et la pression malveillante, violente et cruelle des chasseurs.

    Nous avons réalisés une Fiche thématique dans ce sens, téléchargeable sur notre site internet ( https://www.france-sans-chasse.org/wp-content/uploads/2020/05/Fiche-interdire-la-chasse-chez-soi-mai-2020.pdf).

    Et nous avons lancé une pétition qui vient s’ajouter aux pétitions déjà effectives. Nous militons pour l’abolition de toute forme de chasse mais tout ce qui peut aller dans le sens de notre objectif est à encourager. En effet pour espérer soulager les personnes qui subissent la chasse, dans l’attente de sa disparition, il paraît évident que les chasseurs, pour assouvir leur passion de tuer devraient le faire en sollicitant l’autorisation des propriétaires, or aujourd’hui ce sont ces mêmes propriétaires qui doivent faire des démarches pour interdire la pratique de la chasse chez eux…

    https://www.change.org/p/barbara-pompili-interdisons-de-tuer-chez-les-autres


    Une haute fonctionnaire de l’UE se prononce sur la chasse à la glu.

    Contrairement à ce que dit l’article de 20mn ce n’est pas la Cour de Justice mais l’avocate générale de la Cour de justice de l’UE qui considère que la chasse à la glu peut être autorisée si elle se limite à des « petites quantités des espèces d’oiseaux concernées ».

    L’avocate de la Cour de Justice de l’UE se prononce donc en faveur de la chasse à la glu, dès lors qu’elle représente un amusement traditionnel…

    Elle estime que cette pratique peut être compatible avec la directive oiseaux « si cette chasse revêt une importance culturelle ». En effet selon l’avocate générale de la CJUE, l’Allemande Juliane Kokott, « la chasse aux gluaux peut être considérée comme correspondant à une exploitation judicieuse des espèces d’oiseaux concernées, si les autorités compétentes françaises parviennent raisonnablement à la conclusion que le maintien d’un mode de chasse traditionnel à des fins récréationnelles, répandu au niveau régional, a une importance culturelle ».

    Au fond pour cette dame, on peut encore au 21 ème siècle, en Europe, sachant ce que l’on sait sur la détresse de la nature, continuer à s’amuser à coller des oiseaux…

     

    Vivons nous dans le même monde que cette haute responsable des institutions européennes ?

     

    Ainsi la LPO a fait un correctif, pour autant nous devrons manifester à Madame Kokott (ça ne s’invente pas s’agissant des oiseaux) combien sa réaction est en décalage avec la protection de la nature et les valeurs du 21 ème siècle (mais peut être a-t-elle des intérêts de près ou de loin avec la chasse…)


    Correctif de la LPO

    « 20mn écrit n’importe quoi ! https://www.20minutes.fr/societe/2912111-20201119-chasse-glu-cour-justice-ue-donne-feu-vert-pratique-restrictions

    La Cour de Justice n’a pas du tout donné son feu vert à la glu.

    C’est l’avocat général qui a émis un avis, qui sera suivi ou non par le jugement dans quelques mois.

    Et encore : si la CJUE suit les conclusions de l’avocat général, il est dit que l’Etat membre qui veut déroger et autoriser la glu peut le faire si les raisons culturelles sont fortes, mais après avoir prouvé que les contrôles sont effectifs et suffisants, et que le piégeage est ben sélectif.

    Et surtout il faudra qu’ils se basent sur des études scientifiques réelles, impartiales et actuelles…

    Jusqu’à présent le Conseil d’Etat rejetait nos recours nous demandant de prouver que ce n’est pas sélectif.

    Si cet avis est repris tel que, il faudra que l’Etat français prouve que c’est sous contrôle et sélectif.

    Inversion de la charge de la preuve !

    Bref comment donner une information inverse.

    La justice c’est compliqué. Elle s’accommode mal des lectures rapides et raccourcis

    Nous ne cachons pas que nous sommes déçus mais nous n’avons pas dit notre dernier mot. »

    En savoir plus
  • octobre
    11
    20

    Décidément la politique et la protection animale ne font pas bon ménage


    La ministre Barbara POMPILI a déclaré le 30 septembre :

    Nous annonçons :
    -la fin progressive de la faune sauvage dans les cirques itinérants
    -la fin de la présence d’orques et dauphins dans des delphinariums, inadaptés aux besoins de ces mammifères marins
    -la fin des élevages de visons pour leur fourrure
    -le soutien aux zoos qui améliorent leurs conditions de détention…

    Combien d’annonces n’ont jamais été réalisées… Tant qu’il n’y a pas accolé à l’annonce le mode opératoire, les modalités de mise en oeuvre avec un échéancier, cela restera une annonce à connotation politique uniquement utile pour anesthésier et tromper les voix montantes.

    Malheureusement la preuve en est apportée par le « débat » à l’Assemblée Nationale de la Proposition de Loi portée par le Député Cédric Villani :

    Largement remaniée en commission, la proposition de loi de Cédric Villani a été débattue ce jeudi soir dans l’hémicycle pendant deux heures. Une séance trop courte pour aller jusqu’au bout du texte. Le député a demandé au gouvernement de réinscrire les travaux à l’ordre du jour « dès qu’il le pourra ».

    Une demande actée par la secrétaire d’État à la biodiversité Bérangère Abba, qui n’a toutefois pas précisé le nouveau calendrier qui donnerait une deuxième chance aux propositions de ce texte d’aboutir.

    Lutter contre la souffrance des animaux sauvages comme domestiques, c’est l’objectif défendu par la proposition de loi Villani. Elle a été proposée dans le cadre de la niche parlementaire de son groupe Écologie démocratie solidarité (EDS), dont les membres sont issus d’une scission avec La République en marche.

    • En commission, la majorité a validé les dispositions sur la fin des animaux sauvages dans les spectacles (cirque, delphinarium) et sur l’interdiction de l’élevage de vison. L’interdiction de la chasse à courre et sous terre et l’obligation pour les élevages d’aménager un accès au plein air pour les bêtes ont en revanche été rejetées.
    En savoir plus
  • septembre
    19
    20

    les chasseurs se montrent de plus en plus menaçants à l’égard de leurs opposants


    Les responsables des fédérations de chasse multiplient les déclarations intempestives appelant à des manifestations avec force agressivité et intimidation.

    Rien de nouveau bien sûr avec ces gesticulations et ces vociférations.

    Toutefois nous pensons qu’il serait opportun d’attirer l’attention du ministre de l’intérieur sur cette montée en tension organisée par les responsables des fédérations de chasse, montée en tension lancée par le président Schraen lui même* et même si ces tristes sires ne nous font pas peur nous savons que parmi eux se trouvent des agités et même sans doute des déséquilibrés.

    Il serait temps sans doute d’appeler à la responsabilité de l’Etat, complice en cas de dérapage.

    Nous sollicitons donc nos amis responsables d’associations dans le but d’adresser un courrier commun au ministre de l’intérieur avec copie au premier Ministre afin qu’ils interviennent pour calmer ces irresponsables, les rappeler à l’ordre et au respect de la démocratie, qui permet à chacun de s’exprimer librement.

    *« J’aimerais bien qu’on en chope quelques uns quand même… Quand même il y a quelques coups de poings dans la gueule qui se perdent ! On va le dire un peu brutalement mais c’est quand même comme ça. Il y a les bonnes vieilles méthodes, pour pas dire plus. Moi je comprends le chasseur aujourd’hui qui dit, si j’en chope un, il va prendre une bonne branlée. »
    Guy Harlé d’Ophove, son comparse ancien élu FN criant au « fascisme » (/o:) pour défendre son Président, sont la cerise sur cet immangeable gâteau….

    En savoir plus
  • septembre
    15
    20

    La Chaîne Youtube du RAC est née!


    Bonjour,

    le RAC a créé sa chaîne Youtube !

    Les images sont des images apaisantes de nature.

    Cette contemplation de la nature et de ses animaux, dans un climat apaisé, tellement bienfaisante, qui nous est confisquée par la chasse, ce loisir violent, morbide, cruel…

    N’hésitez pas à vous faire du bien et vous ressourcer.

    C’est un début, petit à petit la chaîne va développer et enrichir son contenu…

    https://www.youtube.com/channel/UCiLSHkaSTnwGNQOoNHzRr5Q

    A bientôt!

    En savoir plus
  • septembre
    13
    20

    Les monstres tueurs et… les héros soigneurs EUSE de la vie


    Vous le savez il y a ceux qui jouissent, et veulent jouir sans entrave du plaisir de donner la mort, et d’assouvir leur penchant à la cruauté, et ceux qui, souvent dans l’ombre consacrent une grande part de leur vie à sauver, soigner et choyer les êtres vivants.

    Il y a 15 ans, Virginie Boyaval créé l’association MELES (www.meles.fr) , suite à sa rencontre avec une blairelle blessée au bord de la route, qu’elle apprendra à soigner.

    Depuis Virginie n’a pas failli dans son engagement. Elle a créé un Centre de soins et recueille les animaux sauvages.

    Voici une compilation, de ses dernières communications au sujet de ses pensionnaires, et de ses actions aussi humanistes qu’animalistes :

    C’est la première année que nous récupérons autant d’espèces différentes: 2 écureuils, 2 martres, 1 belette, 80 hérissons jusqu’à ce jour, 7 blaireaux, 5 renardeaux, 2 fouines, 2 chevreuils… et aujourd’hui, les appels continuent d’affluer notamment pour les bébés hérissons de l’automne. Mais nous n’oublions pas notre combat pour protéger les blaireaux et redonner une autre vision. Malheureusement, il a encore l’image d’un animal agressif et dangereux. A titre d’exemple, lundi dernier, nous avons reçu un appel d’un particulier qui a essayé de trouver une solution pour sauver un blaireau tombé dans une piscine vide. Personne ne voulait l’aider: les pompiers, l’OFB, les vétérinaires, même le centre de soins pour la faune sauvage le plus proche n’a pas voulu le prendre de peur de se faire mordre, prétextant que le blaireau est un animal dangereux. J’ai dû faire appel à un adhérent bénévole, Frantz, qui a pu le récupérer sans problème. Cette blairelle n’a pas montré le moindre signe d’agressivité et au contraire, s’est laissée faire. Après une nuit en observation au centre, elle a pu être relâchée sur son territoire. Merci beaucoup à Frantz H. pour son aide précieuse et ses photos prises de cette blairelle.

    Voici à nouveau des nouvelles des pensionnaires et de MELES. Après une période très intense, vous allez, à nouveau recevoir des infos plus régulièrement. Demain, vous aurez des news de nos blaireaux !!!

    Pour la nouvelle du jour, voici une belle mission réalisée avec l’hôpital pédiatrique de Bullion (78). Comme vous le savez, j’interviens régulièrement auprès des enfants malades pour leur parler des blaireaux et de la biodiversité. Etant donné que cet hôpital a plusieurs hectares de forêt, nous avons décidé de relâcher des hérissons que nous avions en soins depuis plusieurs semaines (Ils pesaient moins de 100 grammes à leur arrivée au centre). Aujourd’hui, ils en pèsent plus de 400 grammes. Ils ont pu être installé dans un enclos construit par les enfants de l’hôpital avant d’être relâché 10 jours plus tard.

    Cette mission est un beau sauvetage et une belle aventure pour les enfants de l’hôpital. Nous souhaitons longue vie à nos bébés hérissons !

     

     

    – Voici des nouvelles de Ciqala, notre petit blaireau qui a une déformation osseuse. Il ne grandit pas, il reste au poids de 3 kilos mais il va bien.

    Je rappelle son histoire, il a été découvert inconscient sur la route le 07 mai, il pesait alors 1,5 kilos.

    Très souvent, les blaireautins qui n’ont plus leur mère, se réfugient sur les routes pour se réchauffer (effet du soleil sur le bitume). Ciqala a dû errer très longtemps tout seul… pas encore sevré, il n’a pas eu suffisamment d’apport en calcium et autres vitamines pour grandir. Très affaibli, il a attrapé des maladies, notamment une gale généralisée dû à un parasite. Il a été récupéré par un centre de soins à Nantes et ils l’ont soigné durant trois mois. Ne voyant pas d’amélioration sur sa morphologie avec un comportement inadapté pour un relâcher immédiat, je l’ai donc récupéré afin qu’il soit dans un espace mieux adapté. Cela fait plus d’un mois qu’il est dans un enclos en forêt avec un vrai terrier: Au début, je l’ai trouvé triste, ne sortant que pour manger, puis peu à peu, il s’est détendu. Depuis 5 jours, j’ai ouvert l’enclos, son comportement a changé radicalement. Il creuse de plus en plus son terrier, il rentre de la paille, joue avec une peluche, il ne se réveille pas avant 21h et s’absente une bonne partie de la nuit (environ 4 heures) pour revenir à son terrier vers 5 heures du matin. Il semble apprécier le confort douillet de la paille !! Malgré sa petite taille, c’est un blaireau qui est capable de se débrouiller seul désormais.

    Nous avons constaté qu’un renard venait le voir régulièrement et Ciqala était très attiré… Je vais continuer le suivi et tenter d’en savoir plus sur ses sorties nocturnes. A suivre…

    – Voici un de nos pensionnaires du jour, un jeune chevreuil a été percuté par une voiture, il était couché non loin de la route, près de son frère ou sa soeur. Sa mère les guettait et ne voulait pas partir. Ce pauvre chevreuil ne pouvait pas suivre sa famille, sa patte arrière étant cassée.

    Une longue mission nous attend….A suivre

    Et voici le lien pour soutenir Virginie et son association :

    https://www.helloasso.com/associations/meles/adhesions/bulletin-d-adhesion-2020-2021

    Pour nos adhérents vous aurez également une communication sur l’association MELES dans notre prochain Bulletin de ce mois de septembre

    En savoir plus