Juin
16
20

Avec la chasse on en fini pas de « battre la salade »… Les mêmes poncifs, les mêmes éléments de langage sans cesse


Share

 

https://www.franceinter.fr/emissions/la-terre-au-carre/la-terre-au-carre-16-juin-2020


Curieuse émission que cette émission intitulée : La chasse, une pratique écolo ?

On a parfois l’impression que la réflexion et les commentateurs tournent en rond en répétant les mêmes poncifs, ne parvenant pas à élever la réflexion, à se demander si tout cela n’est pas finalement un peu voulu, calculé, : car sachez le, le chasseur est avant tout un amoureux de la nature et des animaux, il est bien le seul à connaître la nature et à être un représentant du monde rural, tous leurs contradicteurs ne le sont que parce qu’il sont des citadins éloignés d’une nature et des pratiques de chasse qu’ils ne connaissent pas (la preuve donnée par le premier « témoin », dès qu’il a connu la chasse, il a apprécié les chasseurs…)… mais bon ne sombrons pas dans ce qu’on pourrait nous reprocher comme du « complotisme »… Toujours est-il que nul doute que cette émission ne vient pas par hasard : la chasse est mise en cause de façon plus ou moins directe, ces derniers temps ce fut la chasse à courre, puis le déterrage, puis maintenant un intergroupe de parlementaires qui visent « les chasses dites traditionnelles »… Bref depuis longtemps maintenant lorsque la chasse se sent attaquée, elle riposte de suite en diffusant ses poncifs, ses lieux communs, ses éléments de langage, en trouvant des bons petits soldats qui mettent du coeur à la tâche.

Ce fut le cas aujourd’hui avec cette étrange émission, qui dès l’entrée avait un caractère bancal : le référent, principal interlocuteur était un sociologue/chercheur/chasseur, qui s’est efforcé de préciser qu’il faisait la part de choses… Nous voilà rassuré…puis a suivi le premier témoignage d’un auditeur qui très habilement a pu exposer l’essentiel des poncifs reprisant l’image pouvant être écornée de la chasse, il fallait retenir que les chasseurs sont des personnes stables psychiquement, intelligents même, qu’ils font preuve de discernement, qu’ils font attention à ce qu’ils font, qu’ils avaient tué un sanglier (très gros) mâle, qu’ils n’auraient pas tué une femelle ou un jeune, qu’ils ont mis une bague , que d’ailleurs le sanglier n’est pas en voie de disparition et qu’il commet des dégâts dans les cultures… Bref que vient-on leur chercher des poux dans la tête, et d’ailleurs ce monsieur les a trouvés tellement sympathiques qu’ils ont échangé leurs numéros de téléphones… fermer le ban tout est dit… Et puis il manquait les chasseurs écologistes : ils entretiennent des zones humides favorables à la biodiversité (où ils se postent dans des huttes et y mettent des appâts vivants afin que de pouvoir attirer et tirer leurs congénères qui y viennent se reposer) et qu’on se le dise sans les chasseurs plus de sentiers dans les campagnes car il sont les seuls à les entretenir, tout le reste, ce ne sont que des dérives et cela relèverait de l’anecdotique, rien à voir avec le caractère sublime de la chasse qu’on ne peut ressentir qu’en la pratiquant…

Bref le mensonge, la tromperie ne tuent pas nous en avons eu encore aujourd’hui la démonstration.

Deux points ont été effleurés : la violence. Car la chasse, ce n’est pas contestable, est une pratique ludique violente et… létale. Et la pêche qui subit petit à petit la même tension éthique que la chasse (et oui le poisson souffre lorsqu’il est agressé physiquement…).

Encore un coup d’épée dans l’eau…ou un bon coup de com de la FNC… Via le média national France Inter…