Juil
27
21

L’abolition de la chasse n’est pas la bienvenue au Salon de l’Ecologie…


Le Salon TATOU JUSTE de l’écologie à ST Etienne (https://www.tatoujuste.org/) qui se tient en novembre prochain, vient de nous faire savoir qu’il refusait notre présence pour y tenir un stand présentant notre association :

« Malgré la sélection de votre venue à une précédente édition du salon, votre candidature  n’a pas  été retenue pour cette année. En effet, bien que nous sommes convaincus 
que davantage de débats publics autour des enjeux relatifs à la chasse devraient avoir lieu, nous ne souhaitons pas prendre une position catégorique sur l’abolition de la chasse. 
Accepter votre présence au salon reviendrait à s’aligner sur cette position, qui n’est 
pas celle de notre association aujourd’hui. 
»

On attribue à Albert Einstein la citation présente : « le monde est dangereux à vivre, non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. »

Cette position de Tatou Juste est révélatrice de ce qui permet à une minorité d’individus 1,2% de la population, d’imposer à tous leur façon de concevoir les rapports avec la nature, l’écologie, le respect du monde animal.

Il n’est plus à démontrer, sauf à ceux qui ne veulent pas voir, que la chasse aujourd’hui en France est un foyer de cruauté sur le monde animal, néfaste pour la protection de la biodiversité.

Alors qu’est-ce qui peut encore aujourd’hui amener des militants de la protection de la vie à tolérer que quelques personnes s’amusent à la détruire… ?

On pourrait donc d’un côté applaudir et encourager celles et ceux qui consacrent une grande partie de leur vie à secourir et protéger les animaux en détresse, et fermer les yeux sur les pratiques qui en un clic de fusil, d’arc ou en un coup d’épieu, la détruise en un instant, par plaisir…

Etre opposé à la pratique de la chasse serait peut être à leurs yeux liberticide… ? Une société qui se dit évoluée au 21 ème siècle, ou qui se prétend évoluée, doit-elle , peut-elle tolérer en son sein des pratiques qui vont à l’encontre des valeurs qu’elle souhaite promouvoir ?

Est-il liberticide d’empêcher les pédophiles ou les psychopathes d’assouvir leurs pulsions ?

On ne saurait mieux dire les choses que la façon, la manière dont le dit Pierre Rigaux, merci à lui :

https://blogs.mediapart.fr/pierre-rigaux/blog/160721/respectons-les-chasseurs-abolissons-la-chasse

Rendez-vous avec Pierre Rigaux, avec sa chronique dans notre prochain Bulletin de septembre !