Août
30
20

Seuls les grives et les merles auront le droit de ne pas s’engluer


Share

Le président mouille sa chemise… Et prépare sa campagne électorale : il interdit la chasse à la glu cette année pour les grives et les merles, bien sûr les autres oiseaux verront que cette pratique abjecte est réservée à ces 2 espèces et passeront leur chemin… Dans sa grande ignorance et son désintérêt total pour tout ce qui concerne la nature et sa protection, le président n’hésite pas à prendre la population pour des imbéciles.

Et si tout cela n’était qu’un simple calcul politique… car ce serait bien pour mieux autoriser la destruction des palombes … On aurait pu penser qu’intelligent comme on pense qu’il est,  il aurait (enfin) compris qu’électoralement parlant il aurait plus intérêt à répondre aux attentes des protecteurs de la nature plutôt qu’aux intimidations des chasseurs ?

Par contre son ministre de l’agriculture lui ne semble pas avoir tout compris. En effet nous voyons que le 20 mai dernier le site chassons présente l’initiative du ministre qui affolé par les vocifération des chasseurs annonce  : « Devant l’ampleur des dégâts (des sangliers) qui s’annoncent, le ministre de l’Agriculture a décidé, nous venons juste de l’apprendre, de mettre en place une mesure unique dans le monde de la chasse. Afin d’inciter tous les chasseurs à assurer leur rôle de sentinelle de la nature dès la fin du confinement, Didier Guillaume a annoncé le versement d’une prime exceptionnelle de 1500€ à tout chasseur qui ira……. Chasser. » Ajoutant « Pour financer cette prime conséquente, il semblerait que l’État coupe l’ensemble des subventions versées habituellement à la LPO ainsi qu’à l’ASAPS. Cela devrait largement suffire assure Didier Guillaume. Cette prime va au-delà d’une simple mesure, c’est enfin la reconnaissance inéluctable de l’intérêt de la chasse dans une civilisation, aussi moderne soit-elle. » Montrant entre autre que les chasseurs ne savent pas lire car ceux qu’ils nomment l’ASAPS, c’est à dire l’ASPAS ne cesse de rappeler que contrairement à eux ils ne bénéficient pas de subventions…

Pendant ce temps la Ministre de l’Ecologie Barbara Bompili pense urgent de dire  qu’elle « n’est pas favorable à l’interdiction de la chasse »…

Enfin pour compléter l’actualité , toujours en première ligne sur cette question La LPO nous rappelle :

😡 Hier nous apprenions la fin heureuse du piégeage à la glu. L’infraction ouverte par la Commission Européenne contre la France, dernier pays de l’UE à autoriser cette pratique cruelle et non sélective, aurait dû suffire à justifier cette décision. Mais non, il fallait sûrement faire un nouveau cadeau aux chasseurs en échange !

Car le même jour, ou faudrait-il dire « en même temps », l’arrêté relatif à la chasse de la tourterelle des bois en France métropolitaine pendant la saison 2020-2021 a été publié au Journal Officiel. Il fixe un quota de prélèvement de 17460 oiseaux pour cette espèce menacée à l’échelle mondiale.

La LPO a attaqué l’arrêté litigieux dès le jour de sa publication, demandant d’urgence sa suspension immédiate au Conseil d’État. Comme souvent, le gouvernement l’a publié la veille de son application afin de permettre, même en cas de décision suspensive, que la chasse puisse se dérouler le temps de la procédure…

Lire notre communiqué ▶️ http://bit.ly/CPTourterelle

Ce matin, Allain Bougrain-Dubourg le président de la Ligue pour la protection des oiseaux a réagi, à la décision du président Emmanuel Macron d’interdire cette année la chasse à la glu pour les grives et les merles.

« Ce n’est pas le président Macron qui décide de suspendre, mais c’est l’Union européenne qui nous met en demeure, avec un avis motivé. La France – dernier pays d’Europe à pratiquer le piégeage à la glu – doit cesser dans les plus brefs délais. Le Président Macron ne fait qu’appliquer les directives européennes. Alors que tous les Français sont scandalisés par cette pratique, je ne vois pas le Président Macron dire ‘l’année prochaine, on va remettre le couvert », a-t-il déclaré. Et de révéler : « Les piégeurs ont déjà des implants qu’ils ont capturés à la glu. Il y en a plus de 100.000 en cage à l’heure actuelle. Dès lors qu’ils ne peuvent plus chasser de cette manière, je demande à ce que l’on relâche les oiseaux ».

« Aujourd’hui, je vais aller devant le Conseil d’Etat pour faire un référé contre l’arrêté de Barbara Pompili [Ministre de la Transition écologique] qui vient d’autoriser ce matin la chasse à la tourterelle des bois, alors que leur population s’est effondrée de 80%. L’Europe nous a dit également de cesser le feu. Que fait la France ? Elle va accepter l’abattage de 17.000 tourterelles des bois, contre l’avis des scientifiques, contre l’avis de Bruxelles. Par conséquent, on va aller devant le Conseil d’Etat en référé pour tenter de faire suspendre cet arrêté de la Ministre », a précisé Allain Bougrain-Dubourg en lançant « il faut en finir avec ce massacre des oiseaux à l’agonie ».